Restez informé

Veuillez activer le javascript sur cette page pour pouvoir valider le formulaire

Pose de nid artificiel pour les Martinets noirs à Toulon © Annabelle Lhuillier-BonnalFaut-il opposer architecture et nature ? L’homme du XXe siècle pourra-t-il continuer à prétendre dominer la nature et les climats, alors qu’il est désormais établi que sa survie en dépend étroitement ?

Longtemps, les architectes, bien qu’inspirés par les sites, leur topographie, leur climat, ont considéré que la construction qui abrite les activités humaines devait, pour être pérenne, se protéger des assauts de la nature et, en particulier, des oiseaux, insectes et autres petits animaux ou plantes.

Les enjeux environnementaux, économiques et sociaux interrogent nos pratiques quotidiennes, nos modes de vie, de construction, de déplacement et de consommation.

La construction de notre habitat individuel ou collectif, constitue sans doute, plus que tout autre, un acte symbolique qui inscrit pour longtemps nos valeurs dans les sites, qu’ils soient urbains, ruraux, maritimes ou montagnards.

Nous avons aujourd’hui la capacité de réaliser des constructions dont l’impact environnemental et énergétique peut être divisé par 10 ou 15, en comparaison des réalisations des années 1970 - 1980.

Les matériaux naturels, bois, terre, paille... font chaque jour la preuve de performances comparables aux matériaux carbonés issus des grands process industriels, en présentant, en plus des qualités de recyclage et de fabrication sur des circuits courts, un gisement d’emplois à réinventer...

La prise en compte du cycle de vie des matériaux (énergie grise) dans les prochaines années, va modifier considérablement les approches des concepteurs, maîtres d’ouvrage et entreprises.

Tour à hirondelles installée à Saint-Isidore à Nice © Yvonne DelepinePar ailleurs, à l’heure où la biodiversité est gravement affaiblie à l’échelle planétaire, ne faut-il pas favoriser à chaque occasion l’accueil de la nature dans nos réalisations ?

Composer avec, inventer de nouvelles architectures qualitatives, mettre en scène les saisons, valoriser les matériaux nobles, les dispositions bio-climatiques, tendre vers l’autonomie énergétique et l’impact minimum de nos constructions, consti-tuent des perspectives passionnantes pour notre société.

 

5es rencontres naturalistes de Provence-Alpes-Côte d'Azur

Comment concilier construction, ravalement, rénovation et biodiversité ? Autour d'une table ronde avec des acteurs engagés, les 5es rencontres naturalistes de Provence-Alpes-Côte d'Azur apporteront des réponses concrètes à nos interrogations pour concilier nature et habitat.

Je m'informe Je m'inscris en ligne

 5es rencontres naturalistes de Provence-Alpes-Côte d'Azur

Extrait LPO/CAUE isère, 2012, Guide technique : Biodiversité et bâtiSeptembre 2012, Grenoble