Retrouvez ici une chronique que nous publions chaque samedi dans Var-Matin dédiée à une espèce animale, que vous pouvez observer, régulièrement ou moins, dans les salins d'Hyères, réserve ornithologique incroyablement riche.

Lire la suite...Les pies-grièches - 5 espèces en France - sont des passereaux de taille petite à moyenne (la plus grosse fait la taille d'un merle). Elles se caractérisent principalement par un bandeau noir en travers des yeux et par un bec crochu qui traduit leurs mœurs de rapaces.

Lire la suite...Ce 25 août, les plaisanciers du port d’Hyères auront eu la surprise de découvrir un Vautour fauve flottant sur la mer au niveau de la base nautique ! Après quelques heures, l’oiseau retrouvait la terre ferme et s’installait sur le toit de l’Institut Hélio Marin pour sécher ses plumes avant de reprendre les airs. Ces observations étranges semblent se multiplier depuis quelques semaines, puisque notre édition du 16 août relatait déjà une observation surprenante d’un autre oiseau trouvé et sauvé sur l’autoroute A57 à Solliès-Pont ! A quoi devons-nous ces observations de ce magnifique et immense rapace ?

Lire la suite...Un petit héron d’un blanc parfait arpente lentement les bords du canal saumâtre, puis virevolte soudainement et harponne l’eau en direction d’une proie invisible. Un petit poisson blanc a pourtant bien été capturé, il se débat violement puis, est instantanément avalé. L’Aigrette garzette reprend alors sa pêche, déambulant gracieusement et prudemment à travers les trous d’eau et les branchages immergés. Chassée autrefois pour ses plumes ornementales qui lui ont donnée son nom, l’Aigrette garzette est aujourd’hui une espèce protégée très commune.

Lire la suite...Ce vendredi 7 août 2015, fut une très belle journée pour l’ornithologie varoise puisque une nouvelle espèce pour l’avifaune du Var a été découverte par des ornithologues de la LPO PACA sur les salins d’Hyères. Un Gravelot de Leschenault espèce migratrice rarissime en France et en Europe, a fait halte pendant deux jours sur ce lieu protégé, fournissant ainsi la huitième observation pour l’hexagone !

Lire la suite...Incarnation du Phénix pour les égyptiens, le Flamant rose était considéré comme un oiseau unique en son espèce, qui, disait-on, pouvait vivre plusieurs siècles. De nos jours, le Flamant rose inspire et émerveille toujours autant le grand public tant par sa longue et élégante silhouette que par sa couleur unique dans l’avifaune européenne.

Lire la suite...Un petit groupe d’oiseaux sombres, aux longues ailes pointues animent les rues par leurs poursuites incessantes et leurs cris aigus. Les oiseaux s’arrêtent soudainement sous un toit, comme collés à la façade et scrutent les fissures. Ils repartent quelques instants plus tard laissant derrière eux des cris perçants, souvent très familiers aux habitants des villes et des villages.

Lire la suite...La Provence sans cigales ne serait plus ce qu’elle l’est...Des livres de Pagnol, de Daudet, aux fables de la Fontaine jusqu’à nos propres souvenirs de vacances, cet insecte est très ancré dans la culture provençale mais évoque aussi l’insouciance et l’arrivée de l’été.
Les premiers jours de juin, voit l’apparition de ce mystérieux insecte invisible, dont les émergences se multiplient jusqu’au cœur de l’été, remplissant l’air d’un fond sonore assourdissant mais tant attendu. Le commun des mortels, n’imagine pas qu’une quinzaine d’espèces occupe notre région, différentes dans leurs chants, leurs tailles ou leur milieu de vie.

Lire la suite...Souvent appelés « hirondelles de mer », les Sternes sont des oiseaux migrateurs pourvus de longues ailes, au vol agile et gracieux. Comme leurs cousines les mouettes, leur tête possède une calotte noire tandis que le reste de leur plumage est d’un gris cendré sur le manteau et blanc sur la poitrine. Cinq espèces sont facilement visibles sur les salins d’Hyères mais leur distinction est assez subtile, souvent basée sur la taille générale, la forme et la coloration du bec. Leurs migrations est bien plus importante que chez tout autre groupe d’oiseaux, parcourant pour certaines, plusieurs milliers de kilomètres pour rejoindre leurs quartiers d’hivernage africains ou leurs îlots de reproduction situés en Europe.

Lire la suite...En ce début de mois de mars, les salins se réveillent de leur torpeur hivernale sous les cris flutés d’une petite troupe d’oiseaux noir et blanc. Ils s’affairent les uns à côté des autres, la tête en bas, à fouiller la vase des pièces d’eau. C’est l’Avocette élégante, attachée au site qu’il l’a vu naître, elle est de retour après quelques mois d’absence, pour perpétuer à son tour l’avenir de son espèce. Son bec n’est pas une fantaisie de dame nature mais une adaptation lui permettant de faucher la couche superficielle de la vase, à la recherche d’invertébrés de quelques millimètres, sur lesquels ce bec étrange se referme.

Lire la suite...Avec ses 90 millimètres d’envergure, le Machaon compte parmi les plus grands et les plus beaux de nos Rhopalocères (papillons de jours). Visible d’Avril à Septembre, cet excellent voilier passe difficilement inaperçu avec notamment son vol planant et sa couleur jaune claire, mais peut-être aisément confondu avec son cousin le Flambé dont les lignes noires transversales l’en distinguent. Les ailes jaunâtres sont quadrillées de bandes noires plus ou moins épaisses, de bleu sur les ailes postérieures avec deux taches rouge orangée. De fins prolongements sur les ailes postérieures, le relie de la grande famille des "porte-queues".