Restez informé

Veuillez activer le javascript sur cette page pour pouvoir valider le formulaire

Maternelle les Ecureuils, Jardin botanique de l'espace de la Foux © Marion FouchardTerre d’histoire, d’art et de culture, la commune de Draguignan compte aussi un environnement naturel d’exception, qu’elle a le souci de vouloir préserver. Elle a notamment mis en place une politique environnementale de préservation de la biodiversité au sein des parcs urbains de la commune.

C’est dans ces espaces, que la ville de Draguignan a décidé de créer un partenariat pluriannuelle avec la LPO Provence-Alpes-Côte d'Azur, afin de mettre en place des Refuges LPO©. Dans ce cadre, la LPO Provence-Alpes-Côte d'Azur intervient en tant que partenaire, dans l’objectif d’acquérir des données scientifiques et de conseiller la commune dans la préservation de ses écosystèmes.

Afin d’améliorer les connaissances sur la biodiversité des sites, les premiers inventaires sur l’avifaune et les invertébrés viennent d’être réalisés. Ces derniers avaient pour objectif de recenser les espèces précoces, observables uniquement au début du printemps. Ce premier rapport synthétique présente les résultats de ces deux premiers passages d’inventaires. Suite à l’ensemble des inventaires, un plan de gestion sera rédigé afin de préciser les actions à mettre en œuvre pour favoriser la biodiversité.

Souci - Colias crocea © Marion Fouchard46 espèces ont été observée sur le site lors de ces deux premiers passages : 24 espèces d’oiseaux, 1 espèce de mammifère, 1 espèce de reptile, 16 espèces de papillon de jour, 1 espèce d’orthoptère, 1 espèce de névroptère, 1 espèce de coléoptère, 1 espèce d’Hyménoptère.

La très grande variété des milieux des sites prospectés (Square Anne Frank, Parc Haussmann et le Parc de la Foux) et l’étendue de ces derniers (notamment le parc de la Foux) forme un réseau d’espaces complémentaires, plus ou moins naturel, attrayant pour la biodiversité. Tous les sites prospectés ne sont pas égaux en termes de potentiel d’accueil pour la biodiversité. La richesse en espèces d’un site à l’autre est donc très différente.

Sans surprise le site le plus urbain et le plus petit est le moins riche (Square Anne Frank). A l’inverse, plus le site est grand et naturel plus il comporte d’espèces, le jardin botanique et ses alentours (Parc de la Foux) étant le site le plus riche des trois.

Il est important de noter que la végétation non coupée en raison du contexte particulier de l’épidémie du coronavirus a permis à de nombreuses espèces de se développer.

Le cortège d’oiseaux communs est bien présent notamment au niveau du Parc Haussmann (différentes espèces de mésanges, le Rougequeue noir, etc.). Au niveau du Parc de la Foux davantage de diversité avec des espèces un peu moins communes comme par exemple la Fauvette mélanocéphale, le Troglodyte mignon et la Sitelle torchepot. Pour les insectes, des espèces hivernantes (ex : Echancré), précoces (ex : la Piéride de la rave) et migratrices (ex : Souci) ont pu être observées sur les différents sites. Une observation est à souligner pour les papillons de jour : la Diane, papillon protégé à l’échelle de la France.

Les sessions d’inventaire à venir auront pour objectif de recenser les espèces plus tardives. L’ensemble des résultats des inventaires ainsi que l’ensemble des préconisations de gestion de la végétation, d’aménagement pour la faune et de valorisation seront présentées dans un plan de gestion livré à l’hôpital en fin d’année.

La LPO PACA tient à remercier la ville de Draguignan pour son soutien dans ce projet et son investissement en faveur de la biodiversité.

Maternelle les Ecureuils, Jardin botanique de l'espace de la Foux © Marion Fouchard