Restez informé

Veuillez activer le javascript sur cette page pour pouvoir valider le formulaire

Échancré © Marion FouchardPour concrétiser ses objectifs de développement durable et participer à l’effort collectif de préservation des ressources naturelles et de la biodiversité, Veolia gestionnaire du site d'Amphora, Territoire Var Provence Méditerranée, la Métropole Toulon Provence Méditerranée, propriétaire du site et la LPO Provence-Alpes-Côte d'Azur ont signé une convention de partenariat en 2020, autour du programme Refuge LPO©.

Le site d’Amphora situé sur la commune de La Garde a pour objectif de traiter les eaux usées afin d’éviter toute pollution, et préserver ainsi le milieu naturel. Au vu de son potentiel en ce qui concerne l’accueil de la biodiversité, ce dernier a été choisi comme site pilote pour la déclinaison de ce partenariat avec notamment de prévu sur les cinq ans à venir des inventaires et suivis de la biodiversité, la mise en place d’aménagements et des animations de découverte de la nature.

Site de la station de traitement des eaux usées d'Amphora à La Garde © Marion Fouchard

Dans ce contexte, des inventaires naturalistes et un plan de gestion vont être réalisés la première année, afin de connaitre la biodiversité présente et savoir quelles actions mettre en place pour la favoriser.

Deux premiers passages d’inventaire ont été réalisés en avril, afin de recenser les espèces précoces, observables uniquement au début du printemps.

Lors de ces derniers, 20 espèces ont été observées sur les espaces verts de la station de traitement des eaux usées d’Amphora : 12 espèces d’oiseaux, 6 espèces de papillons de jour, 1 espèce de papillon de nuit, 1 coléoptère.

Ce site d’étude, malgré sa petite taille, apparait comme assez intéressant pour l’avifaune et les insectes, grâce notamment à sa situation en bordure de la zone humide remarquable du plan de La Garde (et ce malgré qu’elle soit entourée d’axes routiers très passants) et grâce à ses habitats (pelouse, pinède, fourré).

La zone de fourré par exemple, où poussent du lierre et du laurier sauce, attire pas mal d’oiseaux. Le présent inventaire souligne une douzaine d’espèces d’oiseaux présents à ce moment donné du printemps. Il est fort probable que d’autres espèces migratrices s’arrêtent sur cette parcelle à d’autres moments.

Huppe fasciée © Aurélien Audevard

La majorité des insectes observés se trouvaient quant à eux au niveau des bords du site, plus ensoleillées et plus ouverts. Les valérianes rouges et les arbres et arbustes indigènes en fleurs avaient notamment beaucoup de succès.

Ces premiers inventaires sur site ont également permis de recenser la présence d’espèces exotiques envahissantes (EEE). Ces espèces allochtones, introduites par l’homme de manière volontaire ou fortuite sur un territoire, représentent une menace pour les écosystèmes indigènes. Une action sur ces dernières serait à prévoir en concertation avec Veolia et la Métropole TPM.

Les sessions d’inventaire à venir auront pour objectif de recenser les espèces plus tardives.

L’ensemble des résultats des inventaires ainsi que l’ensemble des préconisations de gestion de la végétation, d’aménagement pour la faune et de valorisation seront reprises et étoffées dans le plan de gestion final, livré au 4e trimestre 2020.

La LPO Provence-Alpes-Côte d'Azur tient à remercier Veolia et la Métropole Toulon Provence Méditerranée pour leur soutien dans ce projet et leur investissement en faveur de la biodiversité.