Les élèves observent une coccinelle © Hélène HattryLa vie du Refuge LPO © raconté par Hélène Hattry, enseignante au sein l'établissement et référente Refuge LPO ©  :

L’Externat Saint Joseph est un ensemble scolaire se situant à Ollioules dans le Var où nous accueillons un peu plus de 2 100 élèves de la maternelle au BTS. Nous sommes en pleine nature avec une surface de 17ha dont 4ha de pinède et plus d’une centaine d’oliviers et d’amandiers. Nous avons fait de notre établissement un refuge LPO depuis environ 4 ans dans une démarche de sensibilisation de nos élèves à la protection de la biodiversité.

La biodiversité du site © Hélène HattryRégulièrement des observations de la faune et de la flore sont faites pour étudier les variations de peuplement dans les différents écosystèmes et au cours des saisons. C’est ainsi que nous avons pu identifier des traces de sangliers et de renards, mais aussi de nombreux oiseaux tels que la mésange bleue, le rouge gorge, le verdier d’Europe et la bergeronnette grise. Un matin nous avons même croisé un crapaud commun dans le jardin et c’est par un bel après-midi ensoleillé que nous avons découvert un magnifique scorpion noir à pattes jaunes sur le mur de vieilles pierres.

 

Expostion © Hélène HattryNous avons accueilli l’exposition « les insectes, rois de la biodiversité » qui nous a été prêté par la LPO. Les élèves de 6ème ont d’abord découvert la classification, le développement, la morphologie, la reproduction et l’alimentation des insectes pour mieux les connaitre.  Ensuite, le rôle des insectes dans la nature a été expliqué pour ne plus avoir le réflexe de les écraser mais plutôt de les observer, pour ne plus en avoir peur, mais plutôt s’émerveiller.

 

Le potager © Hélène HattryUn potager a été crée avec des élèves du club jardin, mais attention ici, pas de produit phytosanitaire, on jardine autrement. Le sol est travaillé sans retournement à l’aide d’une grelinette, puis paillé pour notamment favoriser la vie du sol. Les déchets verts sont broyés et utilisés pour le potager et les épluchures de la cantine sont mises au compost. Les espèces potagères mises en place sont variées, une rotation des cultures est organisée et une association des plantes a été réfléchie pour favoriser les interactions positives comme la protection contre certaines maladies. Une partie du jardin est laissé à l’état sauvage et un changement de regard sur les mauvaises herbes a été initié. En effet, elles peuvent se révéler utiles pour de multiples raisons et parfois elles peuvent même être délicieuses. C’est en laissant pousser ses herbes sauvages qu’un enchainement de floraisons éclatantes s’est déroulé sous nos yeux, d’abord l’ail de Naples le muscari, la fumeterre grimpante, la pervenche intermédiaire puis le coquelicot, la bourrache officinale et la grande mauve et vient ensuite l’impressionnante acanthe à feuilles molles. Et de fleurs en fleurs, c’est alors un ballet incessant d’insectes pollinisateurs qui virevolte dans le jardin.

Aménagements du site © Hélène Hattry
Des aménagements pour favoriser la biodiversité ont été mis en place comme des hôtels à insectes, des tas de pierres et de bois morts, des mangeoires et des nichoirs pour les oiseaux. Les élèves de première ont même créé une mare.

 

C’est un vrai havre de paix pour tous les êtres vivants et une découverte permanente pour nos élèves.

Hélène Hattry