Restez informé

Veuillez activer le javascript sur cette page pour pouvoir valider le formulaire

Faucon crécerelle © Aurélien AudevardDurant ces trois journées de prospections réalisées en mars 2021 sur l’Espace Naturel Sensible de la Verrerie-Canrigon, nous avons contacté 30 espèces d’oiseaux, pour un total de 165 individus. Ce site constitue un ensemble forestier surplombant le massif des barres de Cuers, offrant une magnifique vue sur la métropole toulonnaise.

Concernant les rapaces, quatre espèces ont été contactées : La Buse variable, l’Epervier d’Europe, le Faucon crécerelle et le Busard des roseaux.

Rapace le plus commun de France, la Buse variable (2 oiseaux) a été observée au-dessus des barres de Cuers. Faucon crécerelle © Aurélien Audevard Sa reproduction commençant dès février, l’observation de cette espèce près de zones boisées, où elle niche, pourrait nous faire penser à une reproduction. Au même endroit, nous avons pu voir 3 Eperviers d’Europe, espèce nichant dans de grands arbres et préférentiellement dans des conifères. Un Busard des roseaux a également été contacté en pleine migration, longeant les barres de Cuers, vers ses quartiers de reproduction nordiques. Enfin, un couple de Faucon crécerelle a pu être noté à deux reprises, sur la centrale du parc solaire.

Cette espèce possède des exigences écologiques relativement faibles, ce qui pourrait expliquer sa nidification sur un tel site.

Concernant le reste de l’avifaune, nous retrouvons un cortège d’espèces forestières classique comme la Sittelle torchepot (2), le Roitelet à triple bandeau (3), le Geai des chênes (6), le Grimpereau des jardins (6) ou la Mésange huppée (8). Notons l’observation d’espèces inféodées à des milieux ouverts ou semi-ouverts comme l’Alouette lulu (4), la Grive draine ou le Bruant zizi. Soulignons aussi la présence de 3 Grands corbeaux, avec l’observation de parades le long des barres de Cuers. Ces derniers devraient nicher non loin de l’ENS.

Concernant les autres taxons, nous avons décelé des indices de présence du Renard roux (2), du Chevreuil européen (6), du Lapin de Garenne (1) et du Sanglier d’Europe (4). Concernant les Lépidoptères, 10 espèces ont pu être contactées durant ce début de printemps, dont le Marbré de Cramer, la Grande tortue et la Proserpine, qui constituent de nouvelles espèces pour le site. Cette dernière est une espèce patrimoniale protégée à l’échelle nationale, depuis près de 30 ans. Enfin, ces journées chaudes ont également été favorables à l’observation des reptiles. Quatre espèces inconnues de ce site, ont été recensées avec le Lézard des murailles (3), le Lézard à deux raies (une femelle), la Tarente de Maurétanie (1) et la Couleuvre de Montpellier (une femelle).

La Verrerie Néoules © Aurélien Audevard