Restez informé

Etang de Berre vue de Vitrolles © Laurent RouschmeyerL’édition 2018 de la Journée mondiale des zones humides est consacrée à la nécessité, vitale, d’intégrer les milieux humides dans les villes et leur développement. "Des zones humides pour les villes de demain" est le thème choisi cette année pour célébrer cette événement.

 

En effet, à l’heure où près de quatre français sur cinq vivent en ville, les villes doivent faire face à de multiples enjeux : l’adaptation au changement climatique, la lutte contre le mal-être urbain, la préservation de la nature en ville, le développement de l’économie locale ou encore la qualité des eaux, potables comme de baignade, et bien d’autres, le tout en préservant ses ressources naturelles.

Et ce, alors que depuis 2006 l’équivalent d’un département d’espace rural (490 000 ha) a été artificialisé, dont les deux tiers au profit des espaces urbains, faisant de l’urbanisme et des infrastructures la première cause de disparition et de dégradation des zones humides en France.

Pourtant, les zones humides sont de véritables atouts pour la ville. Et certaines villes ont bien compris qu’il est possible de conjuguer harmonieusement leur développement et ces espaces précieux en s’appuyant sur leur préservation pour améliorer son développement, favoriser la biodiversité du territoire et améliorer le cadre de vie des habitants.

Par exemple, les zones humides sont des amortisseurs du changement climatique et de ses effets, en particulier au sein des villes. Ces milieux renforcent ainsi la capacité des territoires et des populations à récupérer un fonctionnement normal après une perturbation importante, comme une inondation ou une canicule. Ce sont donc de véritables infrastructures naturelles du développement des villes.

En effet, en amont des villes et autour des berges, les mares, marais, tourbières, ripisylves, etc. agissent comme des zones tampons et des éponges en freinant et absorbant l’eau, réduisant les crues et les inondations. D’un autre côté, l’été, lors des canicules, les milieux humides urbains contribuent au rafraîchissement de l’air en conjuguant le meilleur des effets des espaces verts (milieux terrestres) et des espaces bleus (milieux aquatiques).

Les marais littoraux, les tourbières et, outremer, les mangroves périurbaines stockent le carbone atmosphérique bien plus efficacement que les forêts, empêchant de grandes quantités de CO2 de rejoindre les gaz à effet de serre de l’atmosphère. Un atout certain quand l’on sait que 70 % des émissions de gaz à effet de serre sont le fait des villes et que certaines d’entre-elles se sont engagées à réduire d’au moins 40 % leurs émissions d’ici 2030.

Les milieux humides en ville sont aussi des espaces importants pour accueillir une flore et une faune riche, des milieux terrestres comme aquatiques, permettant à la nature de pénétrer, se maintenir en ville et de la traverser.

 

Evadez-vous en zones humides du 27 janvier au 28 février!

BaladOmaraisLe 2 février, date anniversaire de la convention de Ramsar, sera l’occasion de vous présenter les zones humides, à travers une visite de terrain, une exposition, un conte ou encore un débat. Ainsi, du 27 janvier au 28 février 2018, la LPO PACA se joint aux associations, gestionnaires d’espaces naturels, centres d’éducation ou de documentation ou encore collectivités pour vous faire découvrir les richesses et les rôles de ces milieux.

Pour trouver une animation pour la Journée mondiale des zones humides près de chez soi, rien de plus simple :

Vous pourrez découvrir également les événements à travers l'application smartphone BaladOmarais, pour en savoir plus cliquez ici!.