Restez informé

Veuillez activer le javascript sur cette page pour pouvoir valider le formulaire

Sauvetage d'un crapaud sur la route © Alain HuguesLe Crapaud épineux (Bufo spinosus) a commencé sa migration dimanche 11 mars, près de Gap, au lac de Pelleautier et jeudi 15 mars à Réotier à 15 km d’Embrun.

En effet, de février à mars, le Crapaud épineux sort de sa zone d’hivernation pour rejoindre un point d’eau où il est né (mare, lac, étang, etc.) afin de se reproduire. Durant cette période, on peut facilement observer des individus, autant mâles que femelles, progressant vers les milieux aquatiques. Mais lors de leur migration, les crapauds sont souvent confrontés au passage de routes et sont victimes de la circulation routière. Ce phénomène s’avère être la principale cause de mortalité de l’espèce et constitue donc une très forte menace.

C’est le cas au lac de Pelleautier, un site de reproduction très apprécié par Bufo spinosus. Chaque année, de nombreux individus sont vus jalonnant la route pour rejoindre le lac. Malheureusement, il y a tous les ans un nombre considérable de crapauds qui sont écrasés sur D19 qui borde ce lac, particulièrement prisée par les automobilistes car c’est un axe qui permet de joindre Gap à Sigoyer, Pelleautier ou même la Saulce. Idem pour Réotier, où les crapauds épineux doivent traverser la route pour rejoindre les mares, et où l’on constate un fort taux de mortalité causé par les voitures chaque année.

Pour limiter les dégâts et contrer cette menace, les groupes locaux du Pays Gapençais sur le lac de Pelleautier et Ecrins-Embrunais sur le site de Réotier, se mobilisent avec l’aide de leurs nombreux bénévoles tous les soirs pour sauver ces amphibiens des voitures. A l’aide de seaux, de gants, de lampes et frontales, et de gilets de sécurité, les bénévoles de ses groupes se réunissent de 18h30 à 21h (à la tombée de la nuit) tous les soirs pendant la migration, pour prélever les crapauds et les faire traverser la route pour accéder à leur milieu aquatique tant convoité. Les autorisations de manipulation des amphibiens sont demandées auprès de la DREAL et acceptées bien sûr. Des panneaux spécifiques, gracieusement fournis par la DDT sont mis en place afin de faire respecter un arrêté préfectoral de limitation à 50 km/h avec interdiction de doubler, pour à la fois interpeller l’automobiliste et sécuriser les bénévoles présents, mais aussi limiter les dégâts sur les crapauds. Enfin, une banderole informant de la migration des crapauds et de nos actions est disposée à l’entrée du site pour sensibiliser les automobilistes.

Cela fait maintenant 6 ans que le groupe du Pays Gapençais mène cette action sur le lac de Pelleautier. L’année dernière 1080 crapauds ont été relevés sur le site et sauvés des voitures. La SAPN (Société Alpine de Protection de la Nature) se joint au projet, en collaboration avec la LPO pour être encore plus efficace en matière de communication avec le grand public et les automobilistes, mais aussi pour les bénévoles. Pour l’instant, la migration étant plus tardive à cause des températures et de la météo, il y a tout de même 150 crapauds qui ont été sauvés par l’équipe de Gap. 

Alors espérons que les deux groupes locaux soient en réussite encore cette année et qu’un minimum de crapauds soient tués sur les routes !

Toutes les bonnes volontés sont bonnes à prendre pour aider ces deux groupes et agir pour la biodiversité !